Visite à la BA29 de Mme Agnès Le Brun, député européen

17/07/2013
Visite à la BA29 de Mme Agnès Le Brun, député européen

 

 

 

Le vendredi 5 juillet, Mme Agnès Le Brun, député européen, a rendu visite à la Banque Alimentaire du Finistère dans ses entrepôts quimpérois. Yves Tirilly, président départemental, et Jacques Bourhis, chef de centre, entourés des principaux responsables, l'ont accueillie.


Cette visite intervenait au surlendemain du vote du budget européen, qui a octroyé 3,5 milliards d'euros au Fonds européen d'aide aux plus démunis. Sa venue à Quimper faisait suite à plusieurs entrevues, entre le député, son attaché parlementaire et des membres du conseil d'administration de la Banque Alimentaire 29. Ces derniers, en effet, à plusieurs reprises ces derniers mois, l'avaient sensibilisée aux problématiques de la réforme de la FEAD (Fonds européen d'aide aux plus démunis).
Mme Le Brun a fait le point, ce vendredi, sur ce dossier sensible, que certains États membres de la  Communauté européenne ne jugeaient pas utile de conserver...

Elle déclarait, notamment : "Nous avons défendu ce fonds qui menaçait de disparaître; un mouvement de solidarité est né en pleine commission de l'Agriculture"... "Nous faisons preuve d'un optimisme mesuré : l'aide européenne est maintenue (3,5 milliards d'euros), mais il va désormais falloir la partager entre 28 pays, au lieu de 20. Il y aura donc, fatalement, une baisse".

Agnès Le Brun a visité les locaux et entrepôts de la Banque Alimentaire du Finistère, avenue Pierre-Mendès-France, en compagnie des responsables bénévoles. Elle a aussi pu mesurer l'impact de la crise économique sur le budget alimentaire des plus démunis dans notre département. Yves Tirilly ne faisant pas mystère des difficultés à venir : "On s'attend à une hausse de 5 % à 6 % du nombre de bénéficiaires, après un hausse de 3 % en 2012 ».

Compenser la baisse de l'aide européenne

« Nos équipes travaillent actuellement pour compenser localement la baisse de l'aide européenne. Nous avons sollicité de nouvelles entreprises, notamment à Guingamp et Locminé, pour nous aider.  Nous aurons quand même des manques, notamment au niveau des produits laitiers; Il faudra aussi faire évoluer la nature des produits distribués - vers le frais et le surgelé - auprès des associations caritatives agréées, ainsi que des CCAS (Centre Communal d'Action Sociale), ces derniers devront s'adapter et ouvrir plus souvent".

"Le pire a pu être évité"

L'on redoutait, il y a quelques mois, une baisse de 50 à 60 % de l'aide européenne... A l'origine de cette aide, les excédents agricole. Mais cette "source" s'étant tarie, ce sont les  financements destinés à l'agriculture qui ont servi pour acheter de la nourriture...
"Ce système, expliquait la député européenne, a été attaqué par un certain nombre d'Etats". En effet, à un certain moment, l'on pouvait redouter, non seulement une forte baisse de l'aide allouée, mais aussi un élargissement à d'autres formes de subventions, comme l'aide au logement et à l'habillement..." (sans compter le nombre de pays bénéficiaires qui était passé de 20 à 28 !).


Un retournement... inespéré

Mme Agnès Le Brun, membre de la commission Agriculture au Parlement européen, a expliqué comment la situation s'est « retournée » le 25 mars dernier, lors d'une réunion de la  Commission, saisie pour avis : "J'ai fait déposer des amendements pour porter la dotation de 2,5 à 3,5 milliards d'euros. Cela a permis de rallier la plupart des sensibilités, et celles-ci ont décidé de voter mes amendements".
« La commission de l'Emploi est allée dans ce sens et le 27 juin dernier le Parlement européen a obtenu le milliard supplémentaire escompté pour le Fonds d'aide aux plus démunis, dans le cadre pluriannuel 2014-2020. Le vote du budget, tout récemment, a entériné cette décision ».

NB. - Un exemple : en 2011, la Banque Alimentaire finistérienne a reçu 400 tonnes d'aliments divers de l'Union européenne; 7.350 personnes en étaient bénéficiaires réguliers. Mais en réalité Près de 12 000 personnes ont bénéficié de cette aide si l’on compte les bénéficiaires occasionnels.